Marché food truck 2015

Dans cet article, nous allons nous pencher sur le marché des food trucks en ce début d’année 2015 : où en sommes-nous ? A quoi peut-on s’attendre ? Quelles tendances vont se dégager ? Tant de questions que vous vous posez peut-être et auxquelles nous allons répondre.

Je profite de ce début de nouvelle année pour prendre le temps de revenir sur le marché des food trucks dans sa globalité, au niveau national, chose que je n’ai pas encore forcément faite. L’occasion de corriger ça, avec des informations importantes sur ce qui vous attends, foodtruckers.

Disclaimer : Les tendances et perspectives sur le marché des food trucks en 2015 décrites dans cet article découlent à la fois de mon expérience et de mon analyse du marché, couplées à mes connaissances en marketing et stratégie. Elles ne sont pas à prendre comme parole d’évangile, c’est une vision de l’avenir comme vous pouvez avoir la vôtre qui vous est propre. Si vous en avez une vision différente, je serai ravi d’échanger avec vous dans les commentaires de cet article.

Le marché des food trucks en 2015 : Etat

 Avant d’en venir à la situation de ce début d’année 2015, il est toujours bon de faire un petit rappel historique du marché pour bien comprendre où nous nous situons.

Le concept de food truck est né aux Etats-Unis en 2008, et a éclot en parallèle de la crise économique qui a frappé le monde entier. Depuis, les food trucks se sont développés et c’est logiquement qu’ils sont arrivés en Europe, d’abord en Angleterre, puis en France et enfin en Allemagne.

Comme vous le savez très certainement, le concept de food trucks comme on le connaît aujourd’hui est né en France en 2011, à Paris plus précisément, avec l’ouverture du food truck Le Camion qui fume par Kristin. Depuis, les food trucks ont fait du chemin, et on compte aujourd’hui plus de 300 food trucks sur notre territoire. Et ce n’est pas fini, à en croire le nombre de plus en plus important de lecteurs de ce site que vous êtes, et les porteurs de projet qui sont chaque jour plus nombreux.

Avec tout ça, où en est-on AUJOURD’HUI ?

Pour vous répondre, il existe un outil marketing qui s’appelle le cycle de vie d’un produit/service (le food truck étant un service à part entière, ce cycle de vie s’applique au marché).

Le cycle de vie d’un marché se décompose en quatre phases :

  • La naissance : quand un concept débarque dans un pays, il existe une phase au cours de laquelle seuls les individus que l’on appelle « early adopters » s’intéressent à celui-ci. Un minimum d’acteurs sont présents sur le marché et participent à son développement. C’est un peu une phase test au cours de laquelle on saura si le marché peut exister ou non.
  • La croissance : Le marché se développe, la notoriété du concept augmente, de plus en plus d’acteurs participent au développement de ce dernier à leur échelle, et les consommateurs sont de plus en plus éduqués par rapport au concept. Le chiffre d’affaires global du marché ne cesse d’augmenter année après année, ce qui attire logiquement toujours de nouveaux acteurs. C’est un cercle vertueux qui permet la croissance du marché.
  • La maturité : Le CA global du secteur d’activité n’augmente plus, mais l’activité reste une activité qui fonctionne. C’est à maturité que le secteur connaît son apogée.
  • Le déclin : L’activité n’attire plus, les consommateurs se désintéresse et le marché connaît un déclin qui apporte son lot de conséquences. Les différents acteurs se retirent, l’innovation disparaît totalement, et on assiste à une mort lente et progressive. Seule une très grande (r)évolution peut sauver un marché en déclin.

 

Food Truck Marché en 2015

La situation du marché des food trucks en Janvier 2015

Concernant le marché des food trucks, nous en sommes clairement au début de la phase de croissance. Le concept est arrivé en France il y a seulement 3 ans, et il commence à peine à se mainstreamiser (c’est à dire à devenir connu de tous).

Car même si de plus en plus de personnes commencent à connaître le concept et le principe d’un food truck, le marché est encore à éduquer en province. Le nombre croissant de food trucks dans les différentes villes de France et la communication des différents propriétaires auprès de leur clientèle participent à cette éducation, mais ce n’est pas suffisant, et il reste encore du chemin.

L’année 2015 peut s’annoncer comme une réelle année de transition par rapport à tout ça, afin de réellement lancer la croissance du marché. C’est ce à quoi nous allons nous intéresser maintenant.

Le marché des food trucks en 2015 : Tendances & Perspectives

La mainstreamisation du concept jusqu’en province

L’année 2015 va commencer avec la diffusion de la très attendue émission de France 2 « Mon food truck à la clef« .

Marché food truck

Cette diffusion est une excellente nouvelle pour tous les propriétaires de food truck puisqu’elle va permettre de communiquer à grande échelle sur le concept du food truck en France et va ainsi participer à son essor en France. L’équipe de Cyril Hanouna en parlera très certainement à Touche pas à mon poste, ce qui permettra également de toucher un tout autre type de cible que les téléspectateurs de France 2. Bref, que du positif en soit, encore faut-il que l’émission renvoie une image positive des food truckers et ne tourne pas à de la télé-réalité bas de gamme.

On peut ajouter à cela les différents évènements qui ont déjà eu lieu l’an passé basé sur les food trucks et qui se réitèreront.

Cette mainstreamisation des food trucks est positive à différents point de vue :

- L’ensemble de ces initiatives participent grandement à l’éducation du marché. Cette phase d’éducation dont j’ai parlé précédemment est très importante car un marché éduqué est un marché beaucoup plus facilement accessible.

- Cette éducation du marché vous permettra alors de revoir votre communication. En effet, maintenant que les consommateurs connaîtront les food trucks et ce qui en découle, votre communication devra s’adapter et par définition, il est BEAUCOUP moins coûteux de communiquer sur un marché éduqué. Vous n’aurez plus qu’à aller chercher vos prospects au bon endroit, et non plus à expliquer ce que vous faites. C’est un grand pas.

- De plus en plus de prospects vont rechercher des food trucks d’eux-mêmes, ce qui veut dire que pour une partie d’entre eux, vous n’aurez même plus besoin d’aller les chercher. Ils viendront à vous. Il vous appartiendra alors de savoir avoir de la visibilité et de convaincre à travers les différents éléments de votre stratégie commerciale et de communication.

Une concurrence accrue

2014 fut une année très prospère pour la création de nouveaux food trucks et l’essor de projets. 2015 continuera dans cette lignée, en témoigne le nombre de plus en plus grand de lecteurs que vous êtes à suivre Foodtrucknco.

Cela implique une concurrence accrue sur l’ensemble du territoire, et non plus seulement dans la capitale.

Si a priori la concurrence peut vous paraître un point négatif (c’est la réaction normale et lambda), c’est une très bonne nouvelle pour le marché dans sa globalité mais pour aussi pour vous, en tant que food trucker.

Par nature, la concurrence a un effet naturel qui agit sur vous et qui vous incitera à améliorer sans cesse votre offre et service pour rester à niveau et chercher à vous démarquer. C’est un booster naturel qui vous motivera tous les jours afin de garantir toujours le même niveau de prestation vis à vis de vos concurrents.

Par ce processus, c’est le marché tout entier qui en bénéficie et par un cercle vertueux, cet impact positif se fera ressentir sur votre activité.

 

L’année de l’innovation

Quand un marché est en phase de croissance, il devient naturel face à la concurrence accrue dont je viens de parler que l’innovation soit plus soutenue que sur un marché naissant.

L’innovation est le moyen qui permettra aux différents food truckers de se démarquer de la concurrence, afin d’obtenir ce que l’on appelle un avantage concurrentiel.

Par exemple, aux Etats-Unis où le marché est déjà bien plus avancé qu’en France, les innovations sont nombreuses.

L’innovation peut toucher différents points de votre activité : votre offre, votre camion, votre cible, votre communication, vos services complémentaires, etc.

On commence à voir apparaître des initiatives sympas de la part de nouveaux foodtruckers en France (je les relaie régulièrement sur la page Facebook de Foodtrucknco, n’hésitez pas à la suivre pour ne pas les manquer), mais ce n’est qu’un début. Tout reste à construire, la place est à la créativité, et c’est un champ des possibles énormes qui s’ouvre à vous.

Le marché des food trucks en 2015 : Freins et limites

Malheureusement, tout n’est pas beau et tout rose sur le marché des food trucks. Petite review des freins au développement, des limites que l’on peut rencontrer et des risques à venir.

Les récupération des grandes marques

Face au succès rencontré par les food trucks ces dernières années, tout le monde veut tirer sa part du gâteau. C’est pourquoi on assite et on continuera d’assister au lot de récupération par les grandes marques qui souhaitent surfer sur la vague pour en tirer bénéfice.

Ce genre de récupération a souvent une vocation marketing et commerciale, ce qui implique un non-sens total vis à vis de la mentalité des food truckers que vous êtes. Le grandes marques incluent un ou plusieurs évènements food trucks dans leur stratégie commerciale, de façon plutôt déshumanisée, cherchant à faire le buzz pour obtenir de la visibilité.

Malheureusement, on y échappera pas, car appuyées d’un budget adapté qui ne représente rien pour ces marques, des initiatives de ce genre ont déjà eue lieu, comme par exemple Quick et son food truck.

La politique et les emplacements

Comme vous le savez sûrement, les autorités publiques sont aujourd’hui très frileuses quant à l’idée de voir des food trucks fleurir dans les rues de leurs villes respectives.

Il est encore tôt pour disposer d’un lobby représentatif et influent, mais les choses avancent et il appartient à chaque acteur du marché (dont vous) de remplir son rôle en s’impliquant à sa façon afin d’éveiller les consciences des autorités publiques.

Je prendrai le temps dans un prochain article de revenir sur tout cela car c’est un sujet important, et compte tenu du nombre grandissant de food truckers et d’initiatives du genre, il m’apparaît important de créer un sujet dédié pour réunir l’ensemble des actions possibles à entreprendre pour chacun afin de faciliter la tâche à tous.

En attendant, et comme je le conseille déjà partout à travers ce site, je vous invite (pour les nouveaux qui ne le savent pas encore) à vous rapprocher des entreprises privés pour contourner ce frein et obtenir des emplacements intéressants.

 

La perte du côté artisanal

Ici, on parle d’un risque que l’on pourrait rencontrer, mais peut-être pas en 2015.

Le food truck se caractérise particulièrement par le côté humain et la relation que le food trucker entretient avec sa clientèle : on ne va pas manger dans un food truck comme on va au McDonald’s.

Du fait de la croissance des food trucks et de la popularisation du concept, des initiatives sans passion peuvent voir le jour, uniquement motivées par l’aspect bénéfice financier.

Je pense que nous n’en sommes pas encore là, mais comme pour tout marché, il arrivera ce moment où les financiers plutôt que les passionés s’empareront d’une partie du marché.

Et pour limiter ce mouvement, il appartiendra également aux food trucks qui souhaitent franchiser leur marque de bien sélectionner les porteurs de projet, en prenant en compte ce côté humain.

Voilà pour ce bilan en début d’année 2015, j’ai fais le tour de la vision que j’ai en ce jour du marché, si vous souhaitez rajouter des éléments que j’ai pu oublier, n’hésitez pas à en discuter dans les commentaires !

Vous souhaitez recevoir des conseils exclusifs ?

One Response to Le marché des food truck en 2015 : Etat, tendances et perspectives
  1. Bonsoir,

    je possède un foodtruck de pâtes et raviolis depuis mars 2008…..hé oui, à l’époque j’avais appelé ça fabrique et restaurant mobile de raviolis. Les français n’ont pas attendus les américains !!! J’ai d’ailleurs gagné le prix coup de coeur de la création d’entreprise en 2009 au concour génération entreprendre. Le camion qui fume a eu la chance ou la force d’arriver à obtenir des emplacements de qualité à Paris. Car à Marseille, et dans les ZI environnantes je n’ai pas réussi à m’implanter sur des espaces communaux. Les interdictions y sont nombreuses et les camions bannis de ces périmètres. Malgré l’essor d’image et la connaissance des FT qui commence à se faire, la difficulté d’obtenir des places sur le domaine public est toujours inexistante…et les interdictions présentes même sur des domaines privés. Dans les ZI, le règlement de la zone est complété d’un « sous » règlement qui précise que la vente directe est autorisé dans telles parties, la restauration autorisée dans celle-ci etc etc, ce qui fait que souvent après avoir trouvé un propriétaire privé favorable à l’implantation d’un FT, le fameux sous règlement vous fait dégager…La situation doit être la même dans toutes les agglomérations, mais en tout cas à Marseille et Aubagne c’est très compliqué.
    Maintenant comme vous le précisez justement dans votre analyse, des emplacements commencent à se proposer d’eux-mêmes aux FT par des propriétaires qui trouvent là un nouveau moyen de rentabiliser un espace de leur parking, ou de créer une offre supplémentaire à proximité de leur commerce. Ce sont des échanges qui peuvent être gagnant gagnant.
    Aujourd’hui des associations de FT commencent à s’organiser dans les régions, c’est une excellente chose car c’est l’ensemble des Truckers qui pourra faire avancer la situation et non l’individu lambda avec son camion qui va pleurer devant la mairie.
    A mon avis lorsque toutes ces associations se seront fédérées et représenterons suffisamment de FT il sera alors possible de solliciter les pouvoirs public au plus haut niveau pour obtenir une vraie évolution, mais il va falloir encore un an ou deux je pense.
    Tous ça dans un modèle similaire au syndicat des camions de pizza par exemple.

    Voilà mes infos liées à mon expériences et ma petite précision « chauvine » sur la création des Foodtruck.

    A bientôt.

    daniel


[top]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *